Black and white

SOEUR SOURIRE

Certaines personnes s’étonnent toujours de me voir si souriante et posée, que ce soit en photo ou dans la vie. En réalité, c’est souvent moi qui suis surprise en retour de cet étonnement. Je ne conçois pas deux secondes d’envisager la vie sans sourire ni sérénité (cela n’a pas toujours été le cas : pendant l’adolescence – cette période gracieuse, Monsieur Papa m’appelait “Soeur Sourire” et je puis vous assurer que c’était absolument, totalement et irrémédiablement ironique).

Je subis, comme tout le monde, bon nombre d’emmerdes dans ma vie. Je ne vous cache pas que je connais même assez peu de personnes qui ont autant d’emmerdes dans leur vie, malgré mes dehors très souriants.

Ma vie n’a jamais été un modèle de simplicité et, soyons honnêtes, c’est – depuis que je suis adulte – tout à fait de ma faute. Je suis particulièrement sensible au complexe du sauveur (même si parfois ça foire lamentablement).

Un penchant certain pour le risque également, m’a mise – et me met encore aujourd’hui – dans des positions parfois périlleuses.

Très périlleuses. Professionnellement, émotionnellement, familialement ou financièrement.

Pour autant, même si, rongée d’inquiétude, je peux enchainer les nuits blanches, j’arborerais toujours un sourire irradiant sous mes cernes (et des lunettes de soleil, donc).

Non pas que j’envisage la vie avec légèreté. J’essaye de mettre chaque problématique à sa juste place. Je tente de qualifier le plus honnêtement possible chacune d’entre elles selon ma classification personnelle : Les Petits Tracas, Les Points Importants, Les Situations Inquiétantes et les Problèmes Vraiment Graves. Une fois classée, la problématique perd son pouvoir maléfique et il ne s’agit plus que de mettre en place les actions nécessaires en vue de la résoudre.

Je refuse de me laisser polluer l’atmosphère par des Petits Tracas ou par des personnes de pauvre facture humaine. Celles-ci, je les ignore avec une indifférence souveraine. On gagne du temps et de l’énergie.

(Enfin, je vous rassure, j’ai, moi aussi, parfois envie d’enfoncer la tête de deux/trois personnes dans un mur, mais si je dois le faire, ce sera toujours avec un maximum d’intelligence :-) ).

Même si Les Situations Inquiétantes et les Problèmes Vraiment Graves représentent une part assez importante de ma vie, j’ai toujours suivi à la lettre l’adage de Monsieur Papa : “problème connu, problème à moitié résolu”. Ce qui permet de relativiser assez vite, en réalité.

Si un Problème Vraiment Grave intervient et qu’on ne peut vraiment pas le résoudre, eh bien, il faut vivre au mieux avec. Rien ne sert de s’épuiser contre l’irrémédiable et l’irrémédiable change souvent au bout du compte (car la routourne tourne vite, comme dit Franck Ribéry).

La vie est, à mon sens, une question de posture. Je refuse que la vie et ses soucis me dégradent humainement. Je refuse de tomber dans l’égotisme, l’égocentrisme ou l’aigreur et j’essaye, autant que faire se peut, d’envisager les situations avec justice et justesse (et l’avocat que je suis vous dit tout de suite qu’il ne s’agit pas de la même chose, je donne même ma préférence à la justesse), même si c’est à mon détriment ou même si cela vient impacter mon petit confort.

Parce que, au-delà de mes emmerdes, je sais aussi que ma chance est immense. J’ai une bonne santé, un toit sur la tête, de quoi nourrir mes enfants qui sont eux-mêmes en (trop) bonne santé, une capacité infinie à gérer les problèmes et quelques personnes qui me portent un amour attentif et intelligent.

Loin de moi l’idée de tomber dans un angélisme béat, mais je savoure tout de même cette chance inouïe, tous les matins au réveil. Je savoure dans le même temps le nombre de soucis qu’il va me falloir gérer tout au long de la journée car il me semble normal que vienne avec cette chance inouïe une responsabilité accrue (et d’autres matins, j’ai également aussi envie d’aller me recoucher mais, ah non, ça ne va pas être possible. Ce qui est dommage, parce que, pour cette séance-photo, je suis vraiment crevée par exemple).

 

pixiz-11-11-2016-11-22-16

pixiz-11-11-2016-11-29-40

pixiz-11-11-2016-11-26-25

pixiz-11-11-2016-11-25-44

pixiz-11-11-2016-11-24-54

pixiz-11-11-2016-11-23-18

pixiz-11-11-2016-11-27-03

pixiz-11-11-2016-11-24-04

Manteau vintage – Gants Agnelle – Pull Eric Bompard – Jupe Hartwood – Escarpins Dior – Sac Loewe – Broche et collier Chanel – Lunettes de soleil Miu Miu

you may also like

Un commentaire

Moi, je pense que la beauté vient de l’intérieur et qu’elle irradie. Par tous les pores de la peau. Ça fait sourire toute cette lumière .. et ça fait disparaître les cernes !